ENTRE et le cinéma

GERARD MORDILLAT : « Il suffit de sortir un peu pour comprendre que l’intelligence est dans la rue ! »

A l’occasion de la sortie du livre Le Miroir voilé et autres écrits sur l’image, étonnante compilation de textes, de poèmes et d'inédits  articulés autour du rapport image/écriture, nous avons rencontré Gérard Mordillat dans le cadre participatif de l’exposition Flamme éternelle, présentée par Thomas Hirschhorn au Palais de Tokyo. Installés sur des canapés en carton autour d’un feu en plein musée, voici ce qu’une petite vingtaine de personnes à entendu ce jour-là.

Voyage d'hiver - Abbas Kiarostami

Cinéaste iranien palmé à Cannes et reconnu dans le monde entier, Abbas Kiarostami est aussi photographe et poète. De ses photographies en noir et blanc de paysages enneigés se dégage un minimalisme poétique entre réel et irréel. Un voyage d’hiver où l’artiste ne cherche rien d’autre que « d’éprouver du bonheur au milieu de la nature ».

Philippe Quesne : Au coeur de la forêt, au faîte de la nuit

Quitter ses a priori de spectateur et sa place confortable dans un fauteuil de théâtre, se mettre en mouvement, errer entre les arbres, suivre des sentiers hasardeux, écouter la forêt, regarder la nuit, réveiller des réflexes enfouis, les Bivouacs de Philippe Quesne constituent des foyers d’imaginaire, aux sources protéiformes de la fiction, extensions instinctives et nécessaires d’une pratique artistique profondément vivante.

Je vais et je viens

Dans La Mer, Ange Leccia filme d’un point de vue frontal inhabituel le va-et-vient des vagues sur le rivage corse, où, dans un mouvement régulier, l’écume blanche vient s’échouer sur le sable noir. Dans Les Oiseaux, Laurent Grasso capture le vol de milliers d’étourneaux au-dessus de la ville de Rome, chorégraphies célestes pleines de mystères, lointaines réminiscences des augures antiques. D’une vidéo à l’autre, un dispositif minimaliste qui invite à la contemplation, provoque l’abstraction et défie l’intemporalité.

BOUCHRA KHALILI : "Comment naît une parole qui résiste ? Comment s'incarne-t-elle ?"

Si Bouchra Khalili interroge les idées de migrations et d’identité à travers ses installations vidéo, c’est avant tout la prise de parole et son incarnation qui guide sa recherche artistique. Au gré des rencontres, elle compose une oeuvre modeste et pourtant saisissante qui articule le subjectif et le collectif, le réel et l’imaginaire.

Pages