CARTE BLANCHE PMU - Malik Nejmi : Les Merveilleuses

Regardons voir dans les détails ce qui s'y raconte.

Morose

Le ciel est lourd et ne laisse rien présager de bon. Même de ce côté, il n’y a rien à espérer. Tout juste une plainte, un écho.

Rose

Et elles sont là, au milieu de ce champ déserté, tels deux bonbons, chacune semblant circuler dans la voie tracée spécialement pour elle. La frivolité s’invite dans ces lignes fortes dessinées sur la pelouse et dans la sophistication absurde de ces coiffes de tulle sans véritable forme. Vert complémentaire.

Pose

Fuchsia et guimauve portent cartons ronds de chapeaux blancs. Figures d’une élégance aussi visible que rendue anonyme par des lunettes noires. Bref, drôle de faune en milieu équestre.

 

L'ARTISTE REAGIT

Malik Nejmi « Une dernière image avant de partir. De l’ivresse des couleurs à l’ivresse des courses, je m’attache à observer ces femmes soudain esseulées, parfois un peu saoules. Elles me parlent de l’absence de leurs maris, elles sont subitement déclassées. Elles me parlent pendant que je fais cette image, elles me vouvoient, deux gamines qui viennent de chiper des paniers sur un stand de luxe. Un détail dans les chaussures. Peut-être deux sœurs… Dans cette quête du Turfisme, j’ai aimé côtoyer Jean Renoir et Jacques Demy, comme dans un collage de Prévert. J’ai aimé tous ces gens, profondément »

 

Photographie : Malik Nejmi, Turfisme, 2010

Décryptage : Bastien Cheval