Empreintes

Dans sa série Nomenclatures, Victoria Knights s’emploie à mesurer, avec la précision d’un dessin technique, les traces d’encre laissées au hasard du papier par les paumes de ses mains. Une spontanéité du geste qui se confronte à la rigueur des chiffres, et confine à l’absurde. Avec Oma’s Kitchen Floor, Oliver Beer recycle le lino de la cuisine de sa grand-mère pour le transformer en une toile immense qui, une fois accrochée au mur, se fait dessin dans le temps et dévoile l’image fantôme de quarante années d’une vie. Entre les deux quoi ? On vous laisse voir.


 

à tout tenter
Arpente


Le langage n’engage à rien

En décalage de façon permanente

Laisse

Remets-t’en au va-et-vient 

En toute inertie
évite

Loupé on reprend

à tout tenter
Visite


L’étendue des dégâts

Au pied des édifices
à la hauteur de nos attentes

Laisse

à tout un chacun
La relance du débat

 

Victoria Knights réagit...

"Ce que j'y vois, ce sont des mouvements systématiques, une cartographie temporelle, la marque d'un temps révolu, une topographie du passage, un langage. Propre."

Oliver Beer réagit en image...

 

OEUVRES :

Oliver Beer, Oma’s Kitchen Floor, avec l'aimable autorisation de l'artiste et de la galerie Thaddaeus Ropac

Victoria Knights, issu de la série Nomenclatures, avec l'aimable autorisation de l'artiste et du Laboratoire de la Création

NARRATION LIANTE : Jack Tone