ENTRE et le dessin

ARMELLE CARON : « Je ne tiens pas à poétiser le monde, il s’en charge lui-même »

C’est d’abord un rapport tout personnel qu’Armelle Caron entretient avec les cartes. Pourtant, derrière ce système de représentation constitué de lignes, de couleurs et de symboles, l’artiste trouve avant tout de pures formes graphiques, des dessins en somme, avec lesquels elle se plaît à jouer pour faire apparaître les images d’une rêverie poétique du monde.

Tentations topographiques : Armelle Caron vs. Johannes Vermeer

De ses voyages, Armelle Caron ramène des plans de villes et de territoires, autant d’images dont elle se plaît à détourner le système de représentation, et à faire éclore la poésie visuelle. Dans ses intérieurs bourgeois, Johannes Vermeer, en accord avec les découvertes de son temps, introduit des cartographies, objets de décoration et fenêtres ouvertes sur le lointain et l’imaginaire. Et la carte géographique devient rêverie.

Jeanne Boyer / Oscar Wilde

« Une carte du monde qui n’inclurait pas l’Utopie n’est pas digne d’un regard, car elle écarte le seul pays auquel l’Humanité sans cesse aborde. »

Littoral écharpé - Anne Paulus

Puisant dans une grammaire picturale issue du monde minéral et de l’univers cartographique, Anne Paulus cherche les pulsations et les turbulences internes de l’acier qu’elle creuse à l’aide d’outils et d’acide. De son empreinte sur le papier apparaissent alors des territoires imaginaires, aux confins de la planéité et du relief, qui orchestre une plongée méditative spatiale et temporelle.

Fluxup

Illustration : BURO-GDS (Elamine Maecha et Ellen Tongzhou Devigon Zhao)

Pages