ENTRE et le dessin

Simon Evans - Everything I don't understand

Avec minutie et ironie, Simon Evans élabore de façon presque obsessionnelle des listes, des inventaires, des cartes, des diagrammes, des schémas, des lexiques à partir de matériaux banals, à travers lesquels se dessinent les contours d’une géographie toute personnelle.

                        

Lignes de temps

Le travail de Bryan Nash Gill est fortement marqué par la nature omniprésente de la Nouvelle-Angleterre où il réside. Sa série « Woodcut » détourne le principe de la gravure sur bois en prélevant l’empreinte de troncs d’arbres coupés. Les cernes de l’arbre s’amoncellent lentement, année après année. Moisés Mahiques explore, quant à lui, les possibilités expressives de la ligne comme partie prenante des narrations non résolues qu’il met en scène, où les dessins se superposent, capturant le mouvement des corps image par image. Quand la répétition du motif saisit le passage du temps…

Amélie Lebleu / Benjamin Paulin

« Sans me raconter d'histoire, j'avancerai dans la nuit, un peu au hasard, hummmmm hummmmm. Sans détourner le regard, j'apprivoiserai l'ennui, mes variations de noir, les variations de noir. » Benjamin Paulin

JEAN-MICHEL ALBEROLA : "La seule chose que je fais, c'est établir des connexions"

Jean-Michel Alberola, qui se refuse habituellement aux interviews, accepte la rencontre avec ENTRE. Seulement attention, ne pas croire qu’il va pour autant nous donner toutes les clés pour décrypter son œuvre. Malgré l’aspect énigmatique de cette dernière, il répète qu’il n’y a pas de messages précis à y chercher. C’est un jeu à deux, entre l’œuvre et celui qui la perçoit. Et c’est un tout qui prend sens dans les relations véhiculées d’une pièce à une autre. Une œuvre puzzle, rhizomique. Il nous intrigue. On veut comprendre. On insiste donc et il accepte de semer quelques cailloux qui pourraient dessiner des pistes ou plutôt servir à en ouvrir de nouvelles… en nous.

Pages