Arts

Chris Kenny - Labyrinthe de Pan

Les œuvres de Chris Kenny sont à la limite entre la sculpture et le dessin, des « collages-constructions » constitués de morceaux de cartes, de bribes de textes ou d’éléments de photographies, montés sur des épingles et nouvellement réassemblés pour former une seule et même pièce qui joue de l’accumulation. Et inventant par la même occasion des rapports nouveaux entre ces fragments épars, glanés ici et là…

Empreintes

Dans sa série Nomenclatures, Victoria Knights s’emploie à mesurer, avec la précision d’un dessin technique, les traces d’encre laissées au hasard du papier par les paumes de ses mains. Une spontanéité du geste qui se confronte à la rigueur des chiffres, et confine à l’absurde. Avec Oma’s Kitchen Floor, Oliver Beer recycle le lino de la cuisine de sa grand-mère pour le transformer en une toile immense qui, une fois accrochée au mur, se fait dessin dans le temps et dévoile l’image fantôme de quarante années d’une vie. Entre les deux quoi ? On vous laisse voir.


MARK COHEN - Attention aux détails

C’est dans un lieu unique, sa ville natale de Wilkes-Barre, cité minière en déclin de Pennsylvanie, que Mark Cohen a fondé son oeuvre. Loin de toute intention documentaire, le photographe a cherché, en déambulant encore et toujours dans les mêmes rues pendant près de quarante ans, son Leica à la main, à fouiller les corps et en extraire des fragments. Point de visage, point de rencontre. Mais des entrées en collision avec ses sujets, qui tentent de rendre compte de la beauté élémentaire des lignes et des formes. Une posture singulière pour cet héritier de la street photography, qui, sans jamais interrompre sa marche, capture à l’instinct des moments qu’il relâche aussitôt.

LAURENT MULOT - Imaginaires géographiques

De passage à Lyon à l’occasion de la Biennale d’art contemporain, Laurent Mulot expose Les Fantômes de la liberté, territoires et expérimentations, un programme « géo-poétique » où l’improbable rejoint le sensible, dans un questionnement entre art et science. Rencontre avec un artiste acquis au dépassement de toutes les frontières au bon endroit au bon moment.

Désirs échevelés - Donald Gjoka

Photographe de mode, Donald Gjoka aime à jouer avec les codes du genre pour créer des séries minimalistes et contrastées, où l’épure du noir et blanc, la captation du mouvement et les jeux de cadrage donnent une véritable force d’abstraction à ses clichés. Plongée dans un flux de sensations.

Pages