ENTRailles. Une photo passée au crible.

Gianluca Gamberini - Réminiscences

Ayant travaillé en tant qu’assistant-réalisateur pour de grosses productions hollywoodiennes ou des films d’auteur (Woody Allen, Spike Lee), c’est dans ce contexte que Gianluca Gamberini a commencé à photographier les décors abandonnés de Cinecittà, mythique studio de cinéma italien aujourd’hui menacé de fermeture, mais où semblent pourtant encore planer les âmes de ceux qui ont fait les grandes heures du septième art à l’italienne. Au cœur de ses architectures de pacotille, illusion et réalité se confondent, dans un soupçon de nostalgie.

Thomas Ruffalo - Généalogie

Pour mieux définir ce qui le pousse à prendre des photos, Thomas Ruffalo cite volontiers cette phrase extraite de L’été dernier. Manifeste photobiographique de Claude Nori et Gilles Mora : « A la question paralysante que se posent beaucoup d’entre nous : "Que photographier ?" Nous répondons simplement : notre vie, les crêtes qui peuvent trancher l’horizon plat de l’existence. James Joyce appelait cela des épiphanies.»

Chris Kenny - Labyrinthe de Pan

Les œuvres de Chris Kenny sont à la limite entre la sculpture et le dessin, des « collages-constructions » constitués de morceaux de cartes, de bribes de textes ou d’éléments de photographies, montés sur des épingles et nouvellement réassemblés pour former une seule et même pièce qui joue de l’accumulation. Et inventant par la même occasion des rapports nouveaux entre ces fragments épars, glanés ici et là…

Mikhail Palinchak Jr - Le sens

C’est dans les rues de Kiev, la capitale ukrainienne, que Mikhail Palinchak Jr, fils du célèbre photographe de nu du même nom, prélève des corps en mouvements, couleurs, ombres ou surfaces, autant de fragments urbains qui tendent vers l’abstraction.

Stefano Marchionini - J'ai beau fouiller tout est en ordre

Avec sa série de photographies « I see around me tombstones grey », Stefano Marchionini s’attache à capter bien plus qu’une simple mélancolie pour le lieu de son enfance, près du lac Majeur en Italie. Magnifiant des détails à première vue insignifiants mais qui dans son regard prennent sens, il parle avec pudeur et simplicité de ce sentiment d’intimité qui le lie à sa famille et lui donne l’impression d’être chez lui près d’eux, malgré les années passées à l’étranger.

Pages