ENTREmêler. Une création contemporaine rencontre une œuvre classique.

Tentations topographiques : Armelle Caron vs. Johannes Vermeer

De ses voyages, Armelle Caron ramène des plans de villes et de territoires, autant d’images dont elle se plaît à détourner le système de représentation, et à faire éclore la poésie visuelle. Dans ses intérieurs bourgeois, Johannes Vermeer, en accord avec les découvertes de son temps, introduit des cartographies, objets de décoration et fenêtres ouvertes sur le lointain et l’imaginaire. Et la carte géographique devient rêverie.

BOUCHRA KHALILI : "Comment naît une parole qui résiste ? Comment s'incarne-t-elle ?"

Si Bouchra Khalili interroge les idées de migrations et d’identité à travers ses installations vidéo, c’est avant tout la prise de parole et son incarnation qui guide sa recherche artistique. Au gré des rencontres, elle compose une oeuvre modeste et pourtant saisissante qui articule le subjectif et le collectif, le réel et l’imaginaire.

Voyages élémentaires : Bouchra Khalili + J.M.W Turner

Cartes du ciel épurées, les Constellations de l’artiste franco-marocaine Bouchra Khalili se révèlent parcours migratoires où les frontières et les territoires n’existent plus, où seul le trajet lui-même subsiste. Trajet que viennent envelopper les flux élémentaires et picturaux des paysages atmosphériques du peintre britannique J.M.W. Turner. Autant de traversées rêveuses et poétiques où l’on embarque le vague à l’âme.

Mélancolies fauves : Zachary Ayotte vs. François Boucher

Les photographies de Zachary Ayotte sont des gestes spontanés, instinctifs. Se laissant porter par ses sensations, il capte ces moments souvent indescriptibles qui illuminent le quotidien d’une vie à deux, comme autant de souvenirs instantanés déjà teintés de mélancolie. En regard, les toiles de François Boucher apportent leur touche de sensualité et de préciosité. Avec une prédilection pour les nus féminins, celui qui fut le peintre des mythologies galantes aimait aussi à s’introduire, à travers la peinture, dans l’intimité des boudoirs des grandes bourgeoises de son temps.

ZACHARY AYOTTE : "J’aime imaginer les possibilités qui recèlent en chaque instant et chaque décision."

Les photographies de Zachary Ayotte sont des gestes spontanés, instinctifs. Se laissant porter par ses sensations, il capte ces moments souvent indescriptibles qui illuminent le quotidien d’une vie à deux, comme autant de souvenirs instantanés déjà teintés de mélancolie. Pendant six ans, le temps de sa relation avec l’écrivain et artiste visuel Ted Kerr, il a photographié les instants partagés. Pour créer, à partir de ce matériau concret, des situations d’incertitudes où les frontières entre réel et fiction s’effacent et laissent entrevoir l’espace de tous les possibles.

Pages