ENTREmêler. Une création contemporaine rencontre une œuvre classique.

La ronde des corps : Jean-Luc Verna vs. Pierre Paul Rubens

De ses dessins aux photos où il se met en scène, en passant par le cinéma de Brice Dellsperger pour lequel il se travestit, Jean-Luc Verna aime à jouer de son corps, qu’il modèle à l’image de son univers mental. Interprète polymorphe et artiste pluridisciplinaire, il se plaît à mêler histoire de l’art et imagerie rock’n’roll. Face aux chairs généreuses de Rubens, éclatantes de vie et débordantes de paillardise, semblent se nouer des échos narquois et malicieux. Je te joue, tu me joues, nous nous cherchons.

JEAN-LUC VERNA : "Je suis du genre plastique"

C’est à L’Etoile manquante que Jean-Luc Verna – au corps entièrement tatoué d’étoiles -  nous a donné rendez-vous. L’artiste, qui a fait de son corps l’outil principal de son œuvre, raconte son travail qui tend à briser les frontières entre les cultures, les époques et les genres.

L'engagement à risque de deux artistes : Ai Weiwei vs. Jacques-Louis David

Personnalité majeure de la scène artistique contemporaine chinoise, Ai Weiwei est aussi un provocateur de talent faisant de son art une forme de dissidence face aux autorités de son pays, qui l’ont emprisonné d’avril à juin 2011. Détournant les objets et les matières de l’art et de l’artisanat traditionnel chinois, il confronte, avec force et humour, la culture classique asiatique à la modernité occidentale. Un art de la résistance donc, qui, confronté au travail de Jacques-Louis David, y trouve d’étonnants échos. Pourtant le chef de file de l’école néoclassique, d’abord engagé dans la Révolution française, s’est pris rapidement d’admiration pour Napoléon Bonaparte, et, de portraits officiels en tableaux historiques, s’est mis à son service. Art résistant, art officiel… de l’un à l’autre, les frontières ne sont peut-être pas aussi nettes qu’il y parait.

Flânerie viennoise

La revue Ver Sacrum et les artistes de la Sécession viennoise au coeur de ce numéro 0 sont l'occasion de faire un tour dans la capitale viennoise. Visite guidée.

Bestiaire printanier : Julien Salaud vs. Ver Sacrum

Artiste émergent à suivre à la trace, Julien Salaud voue une fascination à la nature. Faisant bon usage de la collection de taxidermie léguée par son père, il réinvente un monde mystérieux mêlant les espèces et jouant des ornements. Un milieu que l’Art Nouveau dans ses formes et ses sujets naturellement pénètre. Ver Sacrum « Printemps sacré » la revue lancée par Gustav Klimt en 1897 renvoie à des œuvres de la Sécession Viennoise qui lorsqu’on leur fait place, entrent avec ces créations contemporaines en correspondance … intime. Rencontre du troisième type où les divinités croisent les être hybrides et se répondent.

Pages