ENTRE et la peinture

PHILIPPE COGNEE : "La beauté se trouve dans la fragilité, et non dans l’assurance ou la perfection"

Elles semblent prises sous une fine couche de glace. Pourtant les oeuvres de Philippe Cognée sont loin d’être figées, plutôt emportées même. Par un geste final qui n’appartient qu’à lui, l’artiste va jusqu’à effacer sa propre trace de peintre. Il défait le travail accompli. Il floute les formes minutieusement construites en chauffant au fer à repasser la peinture à la cire appliquée sous un film plastique. Le résultat lui échappe. Comme le fugitif balaie les traces pour éviter qu’elles ne mènent jusqu’à lui, c’est en brouillant ses compositions que Philippe Cognée s’affirme. Libre.

Jungle mythologique : Les 22 Designers vs. William Bouguereau

Avec toute la pompe académique qui fut aussi bien à l’origine de ses triomphes officiels que de son oubli par les historiens de l’art moderne, William Bouguereau aime à remplir l’espace de ses toiles de figures allégoriques – anges, nymphes ou chérubins –, que viennent narguer les motifs répétitifs créés par cinq des membres du collectif des 22 Designers.

Songe d'une nuit d'été : Choi Xooang vs. Caspar David Friedrich

Mais à quoi peuvent donc bien songer les personnages des toiles de Caspar David Friedrich ? Aux confins de l’univers, entre ciel, terre et mer, que peuvent-ils bien imaginer dans leurs rêveuses méditations ? Les créatures, difformes, inquiétantes, comme tout droit sorties d’un cauchemar, de Choi Xooang, peut-être…

JEAN-MICHEL ALBEROLA : "La seule chose que je fais, c'est établir des connexions"

Jean-Michel Alberola, qui se refuse habituellement aux interviews, accepte la rencontre avec ENTRE. Seulement attention, ne pas croire qu’il va pour autant nous donner toutes les clés pour décrypter son œuvre. Malgré l’aspect énigmatique de cette dernière, il répète qu’il n’y a pas de messages précis à y chercher. C’est un jeu à deux, entre l’œuvre et celui qui la perçoit. Et c’est un tout qui prend sens dans les relations véhiculées d’une pièce à une autre. Une œuvre puzzle, rhizomique. Il nous intrigue. On veut comprendre. On insiste donc et il accepte de semer quelques cailloux qui pourraient dessiner des pistes ou plutôt servir à en ouvrir de nouvelles… en nous.

Folle entropie : art contemporain vs. Arts premiers Sticky

 Qu’ils s’agissent des objets d’arts premiers ou des œuvres les plus contemporaines, les artistes ne sont au fond rien d’autre que des anthropologues de la conscience humaine. C’est du moins l’idée qui pousse Jean de Loisy, depuis des années déjà, à concevoir des expositions qui se veulent de véritables explorations de la transversalité entre les cultures et les époques. Pour preuve, « Les Maîtres du désordre », sa dernière exposition au musée du Quai Branly, où les artistes contemporains et les chamanes des temps anciens s’interrogent l’un comme l’autre sur ce difficile équilibre entre ordre et désordre qui régit le monde.

Pages