ENTRE et la sculpture

LAURENT MULOT - Imaginaires géographiques

De passage à Lyon à l’occasion de la Biennale d’art contemporain, Laurent Mulot expose Les Fantômes de la liberté, territoires et expérimentations, un programme « géo-poétique » où l’improbable rejoint le sensible, dans un questionnement entre art et science. Rencontre avec un artiste acquis au dépassement de toutes les frontières au bon endroit au bon moment.

Je vais et je viens

Dans La Mer, Ange Leccia filme d’un point de vue frontal inhabituel le va-et-vient des vagues sur le rivage corse, où, dans un mouvement régulier, l’écume blanche vient s’échouer sur le sable noir. Dans Les Oiseaux, Laurent Grasso capture le vol de milliers d’étourneaux au-dessus de la ville de Rome, chorégraphies célestes pleines de mystères, lointaines réminiscences des augures antiques. D’une vidéo à l’autre, un dispositif minimaliste qui invite à la contemplation, provoque l’abstraction et défie l’intemporalité.

Erik Kessels : "24 HRS of photos", un tsunami flot-ographique

Les dernières Rencontres de la photographie d’Arles ont vu déferler un tsunami d’images à travers l’installation d’Erik Kessels, « 24 HRS of photos ». Vingt-quatre heures de photos déversées dans l’évanescent flux cybernétique s’y matérialisent en une marée d’images papier, un flot photographique submergeant physiquement le visiteur qui pénètre dans la salle d'exposition du palais de l'Archevêché.

BOUCHRA KHALILI : "Comment naît une parole qui résiste ? Comment s'incarne-t-elle ?"

Si Bouchra Khalili interroge les idées de migrations et d’identité à travers ses installations vidéo, c’est avant tout la prise de parole et son incarnation qui guide sa recherche artistique. Au gré des rencontres, elle compose une oeuvre modeste et pourtant saisissante qui articule le subjectif et le collectif, le réel et l’imaginaire.

Voyages élémentaires : Bouchra Khalili + J.M.W Turner

Cartes du ciel épurées, les Constellations de l’artiste franco-marocaine Bouchra Khalili se révèlent parcours migratoires où les frontières et les territoires n’existent plus, où seul le trajet lui-même subsiste. Trajet que viennent envelopper les flux élémentaires et picturaux des paysages atmosphériques du peintre britannique J.M.W. Turner. Autant de traversées rêveuses et poétiques où l’on embarque le vague à l’âme.

Pages