ENTRE et la sculpture

La soupe copieuse - Véronique Pêcheux

Les petits soldats en plastique deviennent couleurs et matières qui, vues au tiers, nous donnent de drôles de sensations.

Folle entropie : art contemporain vs. Arts premiers Sticky

 Qu’ils s’agissent des objets d’arts premiers ou des œuvres les plus contemporaines, les artistes ne sont au fond rien d’autre que des anthropologues de la conscience humaine. C’est du moins l’idée qui pousse Jean de Loisy, depuis des années déjà, à concevoir des expositions qui se veulent de véritables explorations de la transversalité entre les cultures et les époques. Pour preuve, « Les Maîtres du désordre », sa dernière exposition au musée du Quai Branly, où les artistes contemporains et les chamanes des temps anciens s’interrogent l’un comme l’autre sur ce difficile équilibre entre ordre et désordre qui régit le monde.

JEAN DE LOISY : "L'artiste est quelqu'un qui nous met en alerte sur les choses"

Alors en plein accrochage de l’exposition « Les Maîtres du désordre », Jean de Loisy, qui en est le commissaire, prend le temps de réagir à nos rencontres visuelles. Le discours passionné d’un homme qui en sait tout autant sur l’art contemporain, dont il est un acteur majeur depuis vingt ans, que sur les cultures primitives.

L'engagement à risque de deux artistes : Ai Weiwei vs. Jacques-Louis David

Personnalité majeure de la scène artistique contemporaine chinoise, Ai Weiwei est aussi un provocateur de talent faisant de son art une forme de dissidence face aux autorités de son pays, qui l’ont emprisonné d’avril à juin 2011. Détournant les objets et les matières de l’art et de l’artisanat traditionnel chinois, il confronte, avec force et humour, la culture classique asiatique à la modernité occidentale. Un art de la résistance donc, qui, confronté au travail de Jacques-Louis David, y trouve d’étonnants échos. Pourtant le chef de file de l’école néoclassique, d’abord engagé dans la Révolution française, s’est pris rapidement d’admiration pour Napoléon Bonaparte, et, de portraits officiels en tableaux historiques, s’est mis à son service. Art résistant, art officiel… de l’un à l’autre, les frontières ne sont peut-être pas aussi nettes qu’il y parait.

Bestiaire printanier : Julien Salaud vs. Ver Sacrum

Artiste émergent à suivre à la trace, Julien Salaud voue une fascination à la nature. Faisant bon usage de la collection de taxidermie léguée par son père, il réinvente un monde mystérieux mêlant les espèces et jouant des ornements. Un milieu que l’Art Nouveau dans ses formes et ses sujets naturellement pénètre. Ver Sacrum « Printemps sacré » la revue lancée par Gustav Klimt en 1897 renvoie à des œuvres de la Sécession Viennoise qui lorsqu’on leur fait place, entrent avec ces créations contemporaines en correspondance … intime. Rencontre du troisième type où les divinités croisent les être hybrides et se répondent.

Pages